Claude Lamarche, auteure des romans Les têtes rousses et Les têtes bouclées, blogueuse
Claude Lamarche, auteure des romans Les têtes rousses et Les têtes bouclées, blogueuse
Claude Lamarche, auteure des romans Les têtes rousses et Les têtes bouclées, blogueuse
Claude Lamarche, auteure des romans Les têtes rousses et Les têtes bouclées, blogueuse
Claude Lamarche, auteure des romans Les têtes rousses et Les têtes bouclées, blogueuse
Claude Lamarche, auteure des romans Les têtes rousses et Les têtes bouclées, blogueuse
Claude Lamarche, auteure des romans Les têtes rousses et Les têtes bouclées, blogueuse
Claude Lamarche, auteure des romans Les têtes rousses et Les têtes bouclées, blogueuse
Claude Lamarche, auteure des romans Les têtes rousses et Les têtes bouclées, blogueuse
Claude Lamarche, auteure des romans Les têtes rousses et Les têtes bouclées, blogueuse


J'ai commencé à m'intéresser à la généalogie parce que je voulais connaîtrecette Bridget Bushell dont ma mère, Michelle Deguire, me parlait quelquefois. Surtout pendant que je peinais sur mes devoirs d'anglais.
Les grands-parents de son père, Léo Deguire, étaient Irlandais: Denis Lynch du comté de Leitrim et Bridget Bushell, du comté de Roscommon qui se sont mariés en 1855 à l'église Notre-Dame de Montréal.

Finalement en 2011, le roman Les têtes rousses a été publié aux Éditions
Vents d'Ouest.

La suite, Les têtes bouclées, s'inspire encore de la famille de Philéas Deguire et de Jenny Lynch, même si les personnages ont changé de prénom pour une plus grande liberté d'action.


En espérant que le dernier tome paraîtrasous peu.


Plus d'informations sur les romans >>>

Les romans

Des pages et des pages

de Claude Lamarche

site créé par Despagesetdespages.com

Droits réservés: Claude Lamarche

Les lieux d'origine:

Roscommon et Leitrim en irlande

La lignée Bushell - Lynch

Les ancêtres

Les photos

Pour visionner quelques photos en rapport avec cette lignée, je vous invite à visiter ma page dédiée au roman Les têtes rousses, vous verrez quelques photos et illustrations grappillées ici et là sur Internet et dans mes archives personnelles.


Ci-contre, la rue principale de Roscommon en carte postale.


C’est par là >>>

  

Le fait que mon grand-père Léo Deguire ait des grands-parents nés en Irlande a toujours été un sujet d’intérêt dans ma famille. C’était spécial et rare, croyais-je quand j’étais enfant. Grâce à ma grand-tante religieuse, j’ai eu accès à de nombreuses informations à leur sujet.

Quand vint le temps d’écrire un roman, je m’en inspirai largement. Au point où je ne décèle plus très bien la vérité de la fiction.

Pour les vérifications, c’est le site de familysearch qui m’a été le plus utile.


J’ai pu retracer la famille de Bridget Bushell. Elle est née dans le comté de Roscommon de Honora Gallagher et de Patrick Bushell. Elle est venue au Canada avec son frère Patrick qui a épousé Bridget Considine, et sa sœur Mary qui a épousé Miles Battle.


Par contre, très peu d’informations sur la famille de Denis Lynch, son époux, jusqu’à ce que je trouve la monographie de Jean-Claude Lynch qui a mérité le prix Percy-W. Foy en 1989 pour sa Monographie des Lynch.


Les soixante-dix premières pages situent bien l’époque, les lieux et l’histoire entourant notre ancêtre Denis Lynch.


C’est grâce à cette monographie que j’ai pu enfin confirmer et ajouter des informations à celles de ma grand-tante.


Ainsi Denis Lynch est né dans le comté Leitrim, en Irlande en 1834. Comme il s’est marié à l’église de Notre-Dame-à Montréal, Bridget Bushell, c’est dans ce certificat qu’on a pu apprendre qu’il était le fils des défunts Edward Lynch et Jane Level. Sans avoir pu obtenir de confirmation, Jean-Claude Lynch croit plutôt que c’était Lavelle et, en 1857, il n’existait qu’une famille Lavelle dans le comté de Leitrim, elle demeurait à Drumlease, paroisse de la ville de Dromahair.


Chose certaine, document à l’appui, le couple s’est marié à l’église Notre-Dame, à Montréal le 30 avril 1855. Cinq enfants sont nés : Patrick, Edward, Ann, Denis, Mary-Jane qui n’a vécu que deux jours et Margaret Jane que tout le monde appelait Jenny la mère de mon grand-père Léo. Sur les cinq enfants vivants, un seul a épousé une anglophone.