Claude Lamarche, auteure des romans Les têtes rousses et Les têtes bouclées, blogueuse
Claude Lamarche, auteure des romans Les têtes rousses et Les têtes bouclées, blogueuse
Claude Lamarche, auteure des romans Les têtes rousses et Les têtes bouclées, blogueuse
Claude Lamarche, auteure des romans Les têtes rousses et Les têtes bouclées, blogueuse
Claude Lamarche, auteure des romans Les têtes rousses et Les têtes bouclées, blogueuse
Claude Lamarche, auteure des romans Les têtes rousses et Les têtes bouclées, blogueuse
Claude Lamarche, auteure des romans Les têtes rousses et Les têtes bouclées, blogueuse
Claude Lamarche, auteure des romans Les têtes rousses et Les têtes bouclées, blogueuse
Claude Lamarche, auteure des romans Les têtes rousses et Les têtes bouclées, blogueuse
Claude Lamarche, auteure des romans Les têtes rousses et Les têtes bouclées, blogueuse


Le lieu d'origine: Vay

Jean Bricault dit Lamarche, son épouse Marie Chénier et ses enfants sont demeurés à la Pointe-aux-Trembles.

 À gauche la terre octroyée en 1668 qui se situerait aujourd'hui entre la 17e et 19e avenue. À droite le lot numéro 21, concédé en 1693, dans le fort de la pointe.

  

Des pages et des pages

de Claude Lamarche

Un breton, un soldat de Carignan, compagnie Dugué. Il n’a pas vingt ans quand il arrive à Montréal, en 1665, à bord du navire Le Saint-Sebastien.


Et quand les troupes repartent en France, trois ans plus, tard, lui, il reste en Nouvelle-France et s’établit à la pointe aux Trembles, plus précisément sur la concession numéro 1345 à la côte Saint-Jean.


Quand il se marie, le 12 novembre 1674, ce n’est pas une file du Roi qu’il prend pour épouse Marie Chénier, fille de Jean et Jacqueline SÉDILOT, qui demeure alors chez sa tante maternelle, tout près. Il a 28 ans, elle, 14.


Le couple aura quinze enfants, mais huit mourront en bas âge.


En 1693, pour faire face aux menaces d’attaques indiennes, la fabrique de la pointe aux Trembles concède des emplacements dans un village fortifié. La famille du marguiller Jean Bricault reçoit le lot numéro 21.


En 1726, au décès de Jean Bricault dit Lamarche, âgé de 80 ans environ, la terre sera divisée en deux lots : la moitié à sa veuve Marie et l’autre lot divisé en parts égales à ses sept enfants. Vingt ans plus tard, en 1746, Marie décèdera à son tour.


Leur fils ainé, Joseph qui épousa Elisabeth Archambault le 26 octobre 1710. Le couple aura onze enfants. La plupart des descendants viennent de cette lignée. Dont la mienne.

  

Lignée Lamarche

L'ancêtre: Jean Bricault dit Lamarche

Michèle Lamarche travaille au Service du personnel de Télé-Métropole - Montréal. Elle fut administratrice de la salle de nouvelles nationales de Radio-Canada à la Tribune de la presse de l'Assemblée nationale du Québec.


Elle est membre de la Société de généalogie canadienne française depuis 1974 et de la Société de généalogie de Québec depuis 1980. En 1998, elle publie l'ouvrage « Jean Bricault dit Lamarche en Nouvelle-France ».


Fonds Michèle Lamarche. – 1978-2011.



Cliquez sur le document de 169 pages pour le consulter.

  

L'histoire

Les photos

site créé par Despagesetdespages.com

Droits réservés: Claude Lamarche