Claude Lamarche, auteure des romans Les têtes rousses et Les têtes bouclées, blogueuse
Claude Lamarche, auteure des romans Les têtes rousses et Les têtes bouclées, blogueuse
Claude Lamarche, auteure des romans Les têtes rousses et Les têtes bouclées, blogueuse
Claude Lamarche, auteure des romans Les têtes rousses et Les têtes bouclées, blogueuse
Claude Lamarche, auteure des romans Les têtes rousses et Les têtes bouclées, blogueuse
Claude Lamarche, auteure des romans Les têtes rousses et Les têtes bouclées, blogueuse
Claude Lamarche, auteure des romans Les têtes rousses et Les têtes bouclées, blogueuse
Claude Lamarche, auteure des romans Les têtes rousses et Les têtes bouclées, blogueuse
Claude Lamarche, auteure des romans Les têtes rousses et Les têtes bouclées, blogueuse
Claude Lamarche, auteure des romans Les têtes rousses et Les têtes bouclées, blogueuse
Claude Lamarche, auteure des romans Les têtes rousses et Les têtes bouclées, blogueuse


Des pages et des pages

de Claude Lamarche

Rédigé d’après ce document : LACOMBE, Pierre, Répertoire de mariages 1694-1987, janvier 1992


Le premier ancêtre des Nantel au Canada, Jean Berloin dit le Nantais (d’où Nantel), capitaine de milice, venu de Poitiers, France, s’était établi dans l’Ile-Jésus vers 1690.


Fils de Jacques Berloin dit Nantel et de Jeanne Charron, il serait né vers 1670 et il est originaire de la région du Poitou. Selon les dictionnaires Drouin et Tanguay, il proviendrait de Saint-Léger. Selon le dictionnaire Jetté, ce serait la paroisse Sait-Léger à l’intérieur de la ville de Saint-Maixent, un peu au nord de Niort, en France.

Il serait arrivé en Nouvelle-France vers1690-1691. Très peu de détails jusqu’à ce qu’il épouse Marguerite Forget. Un contrat fut signé chez le notaire Fleurimont en novembre 1694. Leur union fut bénite probablement le 7 novembre dans la paroisse Saint-François-de-Sales.


Jean Berloin dit Nantel exploite une terre, sans doute concession des Sulpiciens. De plus, il est capitaine de milice, pour assurer la sécurité des habitants face à la menace iroquoise. Suite au décès de Marguerite Forget, peut-être à a suite d’un accouchement, ce qui n’était pas rare à l’époque, Jean se remariera avec Marguertite Delpêche dit Bélair, le 14 septembre 1705, à Saint-François de Sales.

 

De ces deux mariages, douze enfants naîtront, mais seulement sept atteindront l’âge adulte et se marieront.


Premier lit :      Marguerite Nantel – Pierre Charbonneau et                         Nicolas Rheaume

                        Catherine Nantel – François Labelle

                        Jean-Baptiste Nantel – Elisabeth Goulet

Deuxième lit :   Cécile Nantel – Joseph Allard

                        Pierre Nantel – Agnès Brunet

                        Jean Nantel – Françoise Labelle et Françoise                         Renaud dit Locas

                        Joseph Nantel – Marie Ethier


Jean Berloin dit Nantel est décédé le 4 novembre 1740

  

Un Nantel assassiné

Dans Crimes, mystères et passion oubliées, Raymond Ouimet, Éditions Vents d'ouest, il est question d'un Nantel assassiné. Qui était-il par rapport aux Nantel de Louise Falstrault?


Détails>>>


À consulter également:

Société d'histoire Chutes aux iroquois>>>

  

L'ancêtre: Jean Berloin dit Nantel

La lignée d'Ernest Nantel

La lignée de Rosa Nantel

Le lieu d'origine: Saint-Maxient, France

Les photos

Devant l'hôtel de Labelle qui appartenait à Pierre Nantel, des chasseurs et plusieurs Nantel, dont l'aïeule, Angèle Gauthier.

site créé par Despagesetdespages.com

Droits réservés: Claude Lamarche