Claude Lamarche, auteure des romans Les têtes rousses et Les têtes bouclées, blogueuse




Claude Lamarche, auteure des romans Les têtes rousses et Les têtes bouclées, blogueuse
Claude Lamarche, auteure des romans Les têtes rousses et Les têtes bouclées, blogueuse
Claude Lamarche, auteure des romans Les têtes rousses et Les têtes bouclées, blogueuse
Claude Lamarche, auteure des romans Les têtes rousses et Les têtes bouclées, blogueuse
Claude Lamarche, auteure des romans Les têtes rousses et Les têtes bouclées, blogueuse
Claude Lamarche, auteure des romans Les têtes rousses et Les têtes bouclées, blogueuse
Claude Lamarche, auteure des romans Les têtes rousses et Les têtes bouclées, blogueuse
Claude Lamarche, auteure des romans Les têtes rousses et Les têtes bouclées, blogueuse
Claude Lamarche, auteure des romans Les têtes rousses et Les têtes bouclées, blogueuse
Claude Lamarche, auteure des romans Les têtes rousses et Les têtes bouclées, blogueuse






Moulin de Pointe-aux-Trembles

Le fils de l’ancêtre François Deguire, Jean-Baptiste devient maçon et c’est lui qui construit, en 1719, le moulin à vent à Pointe-aux-Trembles (Montréal) pour la Compagnie des prêtres de Saint-Sulpice.


Et après avoir lu le document de Michèle Lamarche (voir là >>>), je suis convaincue que mon ancêtre Jean Bricault dit Lamarche a fait moudre son grain à ce moulin!


Le moulin existe toujours, on peut même le visiter, en s'adressant à l'Atelier d'histoire Pointe-aux-Trembles>>>




  

Le lieu d'origine: Thiviers

Des pages et des pages

de Claude Lamarche

Lignée Deguire

L'ancêtre François Deguire dit Larose

François Guire est l’ancêtre des Deguire, en plus de plusieurs Larose, Desrosiers et Deguise.

Il est originaire de Thiviers, une ville du Périgord, aujourd’hui la Dordogne, France. Il est tisserand et, avec son frère Sicaire, il s’embarque, en tant que soldat du régiment Carignan-Salières, dans la compagnie Saurel, à bord du navire La Paix  qui part de la Rochelle le 13 mai 1665. 

Dès lors, on leur ajoute un surnom, Larose pour François et Laprairie pour Sicaire.

Une fois la menace iroquoise écartée, les deux frères décident de demeurer en Nouvelle-France. Sicaire s’installera dans la région du lac St-Louis, demeurera célibataire et on perdra sa trace à partir de 1689.  François pour sa part, s’installera dans la région de Montréal, sur la seigneurie de Saint-Ours, octroyé à son capitaine de compagnie.

En 1670, François Deguire épouse Marie-Rose Colin, une « fille du Roi » qui vient tout juste d’arriver de L’Épine, non loin de Reims. Le mariage à lieu à Saint-Ours et le couple s’y s’installe à cet endroit, le long du Richelieu.  De ce mariage naîtra neuf enfants, cinq garçons et quatre filles. 

Luc, Jean, Jean-Baptiste et François garderont le nom de Deguire dit Larose, mais Pierre prendra le nom de Deguire dit Desrosiers.

De la région de Saint-Ours, les Deguire se disperseront dans différentes régions du Québec: Sorel, Yamaska, Montréal,  Laval, Laprairie. André Deguire se rendra dans l’Illinois où il fondera la ville de Kakaskia. Le nom deviendra Degear chez plusieurs de ses descendants.

Les fils de François Deguire et Marie-Marguerite Véronneau se dirigeront vers Saint-Scholastique/Saint-Benoit pour finalement s’installer dans la Petite-Nation et prendront le nom de Larose.

  

Les armoiries

En 2015, j'ai eu le plaisir de rencontrer quelques Deguire, dont Gilles Deguire et Carole Deguire.


Une page Facebook a été ouverte et j'ai créé des armoiries >>>


Billet sur mon blogue à ce sujet >>>



Explications courtes des armoiries:


Au fond, les couleurs du drapeau des soldats de Carignan.

Au centre, la cloche en or représente la ville de Thiviers, en France, d’où François Deguire était originaire.

Le bateau représente le navire La Paix parti de La Rochelle en mai 1665 et arrivé à Québec en août de la même année.

La fleur de lys évoque la Nouvelle-France.

La rose souligne le surnom de Larose du soldat François Deguire et le prénom de son épouse, Marie-Rose Colin.

L’ours rappelle la seigneurie de Saint-Ours où s’établit l’ancêtre Deguire.

Les deux mousquets sont les armes à feu utilisées par les soldats en Nouvelle-France.

De chaque côté de l'écu, les fleurs de lin stylisées font référence au métier de tisserand qu’exerçait l’ancêtre.


Proclamation complète: voir fichier pdf>>>

La meilleure source pour les Deguire dit Larose: www.ancetres.ca >>>

Les photos

site créé par Despagesetdespages.com

Droits réservés: Claude Lamarche